Qin Shi Huangdi: un portrait

Un portrait historique de Huangdi



QIN SHI HUANGDI / TSIN CHE-HOUANG TI / 秦始皇

QIN SHI HUANGDI / TSIN CHE-HOUANG TI / 秦始皇



QIN SHI HUANGDI / TSIN CHE-HOUANG TI
(259 - 210)

En 256 av. J.-C., ZHUANG Xiang déclare que la dynastie des Zhou a perdu tout mandat de gouverner et récupère les neuf vases de bronze, symboles du pouvoir. Son décès en 246 fait du prince ZHENG le roi de Qin.

En 227 survient la première de plusieurs tentatives d’assassinat, celle de Jing Ke, spadassin aux ordres du prince héritier Dan de Yan. Cet épisode sera célébré dans un poème de TAO Yuanming de même que récemment dans un roman de François CHENG.

En dix ans, il rassemble presque toutes les principautés de la Grande Plaine et se proclame, en 221, Premier empereur de Qin : Qin Shi Huangdi.

Deux ans plus tard, il standardise la loi, l’écriture, les poids et mesures, la structure et la largeur des routes, l’écartement des essieux des voitures. Il entreprend les premiers travaux de ce qui sera la Grande Muraille.

En 213, à la suggestion de son premier ministre Li Si et pour couper court à toute discussion des rhéteurs, il ordonne de brûler les livres les plus susceptibles de perturber les esprits (illustration ci-dessous), c’est-à-dire ceux qui considèrent l’Antiquité ou les anciens Rois comme de modèles à suivre et donc dénigrent le temps présent. Plusieurs centaines de lettrés subiront le même sort.

QIN SHI HUANGDI / TSIN CHE-HOUANG TI


Vers 212 commence la construction d’un immense complexe parc-palais de rêve comportant 270 bâtiments, importés de leur région d’origine ou copiés. Vers la fin de sa vie, il sera surtout préoccupé par la recherche de l’élixir de longue vie ou d’immortalité. Il décède en 210.

Références documentaires

CHAUSSENDE Damien. La véritable histoire du Premier empereur de Chine, Les Belles Lettres, 2010, 186p. Ce livre est constitué d’extraits des Mémoires historiques de SIMA Qian relatifs à la vie du roi YING Zhen (259-210) qui deviendra Qin Shihuang Di, le premier empereur de la dynastie Qin.

CHENG François. Quand reviennent les âmes errantes, Albin Michel, 2012, 154p. Fable spirituelle sur fond historique. Le fait historique se rapporte à la tentative d’assassinat de Qin Shihuangdi l’envoyé du duc de Yan.

CLEMENTS Jonathan. Le premier empereur de Chine, Perrin, 2007, 285p.
Intéressante chronologie de 337 à 195 avant J.-C. Puis de 1932 à 1987 pour les découvertes archéologiques progressives de son mausolée. Très intéressante carte intitulée Expansion de l’état de Qin où l’on retrouve les frontières des états du ZHAO (pays où l’on s’attarde), YAN (pays des hirondelles), QI (pays des dévots), LU (Province de CHU à partir de -258), CHU (pays des immaculés), HAN, WEI, du QIN ainsi que des villes de Xianyang (sa capitale), Luoyang, Handan, Ji (Beijing) et Langya. Le Prologue, intitulé Le poignard dans la carte, relate la tentative d’assassinat de JING Ke. Les chapitres sont intitulés : Divine destinée ; Le roi de Qin ; Combat de tigres ; Le Fleuve du pouvoir ; Le cimetière le plus long du monde [i.e. la Grande Muraille] ; L’autodafé de 213 ; Les cendres de l’empire. L’épilogue est intitulé : L’Armée de terre cuite.

JACOB Paul (trad.) Tao Yuan-ming : œuvres complètes, Gallimard. Conn. Orient no 70, 1990. Voir À la louange de Jing Ke pages 183-184.

LÉVI Jean. Le grand empereur et ses automates, Albin Michel, 1985, 346p. Roman relatant la vie du Premier empereur et sa hantise de l’immortalité.

LÉVI Jean. Le rêve de Confucius, Albin Michel, Espaces libres, no 118, 2002, 366p. On est à la fin de la dynastie Qin, le fils du premier empereur règne, mais la décadence est présente partout. On suivra les tribulations des chefs des nombreux soulèvements des provinces de l’empire, principalement celles de Taillefer (LIU Bang), chef de police de canton et général de brigands, qui fondera l’empire des Han sous la pensée de Confucius. Histoire, érudition et romanesque font bon ménage.

Li He. Poèmes, Gallimard, coll. Connaissance de l’Orient, 2007, 197 p. traduits du chinois par Marie-Thérèse Lambert. Préfacé et annoté par Guy Degen. Voir son poème intitulé Ballade du Tigre blanc aux pages 188-189.

THIERRY François. La ruine du QIN : ascension, triomphe et mort du premier empereur de Chine, Vuibert, 2013, 267p. Livre très éclairant sur la personnalité du premier empereur. Les titres des chapitres découpent bien cette biographie : À père défaillant ; …Mère haïe ; Les origines et l’ascension du Qin ; Le véritable Premier empereur ; Le règne et la chute de LÜ Buwei ; Zheng, roi du Qin (238-221) ; Ambition impériale et unification politique ; Le règne de la loi ; Le mythe des unifications ; L’empereur tyrannique et le morbide (221-210) ; Tournées d’inspection et randonnées mystiques ; La fin du Qin (210-207).

Le tout est accompagné d’un Prologue, d’une liste des principaux protagonistes, d’une chronologie du Premier Empereur, d’orientations bibliographiques, et de deux annexes : Le chant des stèles (avec les textes de ces stèles qui furent érigées lors de ses tournées d’inspection) et la Liste alphabétique des principaux personnages cités. Le dernier chapitre : La fin du Qin (210-207) [p.212-229] constitue une excellente rétrospective de ce que fut ce règne, quelles en furent les assises, les forces et les faiblesses et surtout, revoit le jugement de l’Histoire sur le caractère et la valeur de celui qui destinait son empire à durer 10 000 ans !

©Les Ateliers de Taiji, décembre 2015.
par Robert Boudreault