Lien vers lechinois.com



 

 


Chroniques  lechinois.com


L'UNITE DE MESURE DE LU BAN

Une unité de mesure conceptuelle au service
des statuaires d'Yilan à Taiwan

Patrick Le Chevoir

in Anthroepotes, 1998, Vol. III-1, [2-14]

 

- 7 -

AUTRES STATUETTES : NOUVELLES PERSPECTIVES

Les statuettes de vœux du temple de LU BAN

Les statuettes dont nous parlons à présent n'entrent pas dans le cadre de l'ethnographie de la fabrication des statues effectuée à Yilan. Contrairement aux statues présentées plus haut, ces statuettes sont de plus petite taille ; elles n'émanent pas d'une commande effectuée par des représentants religieux mais sont fabriquées à la demande d'un particulier et sont confectionnées en bois.

Nous les nommerons improprement " statuettes de vœux " car la démarche liée à leur fabrication émane d'un particulier qui souhaite qu'un changement d'état se réalise pour lui ou sa famille. L'un des responsables du temple de LU BAN me donna l'explication suivante sur leur fonctionnement :

" Imagine que tu aies des enfants mais que tu n'as que des filles. A chaque fois qu'un nouvel enfant arrive, c'est toujours une fille. Mais tu désires avoir un fils. Alors tu vas faire fabriquer une statue dont la hauteur correspond à 添丁 (Tian Ding) . Lorsque la statue est prête, tu la déposes dans le temple, tu fais des bai bai (offrandes) et tu la laisses dans le temple. Le prochain enfant que tu auras sera un fils. "




Le fonctionnement semble assez simple, et il serait intéressant de se pencher sur le travail du sculpteur et de suivre les clients pour mieux cerner les croyances liées à cette pratique.  

Perspectives de recherches

L'intérieur du temple de LU BAN situé à Yilan est rempli de statuettes. Malgré leur grand nombre, j'ai commencé à les mesurer mais je me suis heurté à un problème de taille ! En effet, les systèmes de mesure semblent différents de ceux que WU Song-Bo m'a enseigné. Le responsable du temple avec lequel j'avais discuté étant parti en voyage, je ne pus continuer cette petite enquête parallèle. Ceci est regrettable car nous sommes face à une représentation de vœux d'une population donnée. Nous pourrions, en mesurant systématiquement les statuettes des temples de LU BAN à Taiwan (il en existe 18 semble-t-il), avoir un échantillon de souhaits avec une gradation, voire une hierarchie des préoccupations, des attentes des demandeurs.

Un autre axe de recherche m'a été donné la veille de mon  départ. Une chose m'intriguait : la présence des mauvais caractères. En effet, pourquoi LU BAN, cet ingénieux personnage, s'était-il compliqué la tâche en définissant les mauvais espaces dont on ne peut pas se servir alors qu'il aurait été plus facile de laisser ces espaces sans signification et de déclarer qu'il était interdit de les utiliser ? A la question " N'y a-t-il pas des gens qui fabriquent des statues dont la hauteur tombe sur des mauvais caractères ? ", la réponse était toujours la même : " Il n'y en a pas ! ". Mais, cette nuit du mois d'aout 1996, l'un des sculpteurs finit par me dire :

" Il existe des personnes qui fabriquent des statuettes qui tombent sur des mauvais caractères mais ces personnes sont rares et il faut s'en méfier. Ces statuettes sont fabriquées pour que le malheur arrive chez quelqu'un. "

Cette déclaration est des plus passionnantes car une étude conjointe des " statuettes de vœux " et des " statuettes de sorts " permettrait d'avoir un échantillon complet des émotions liées aux désirs et à la crainte, sans oublier, naturellement une ethnographie détaillée et comparative des deux types de fabrication !  

La recherche : entre obsession et obstination

Si vous vous trouvez un jour avec un Lu Ban Chi dans les mains, vous constaterez que l'envie de tout mesurer devient vite obsessionnelle ! Je n'ose citer ici la foule d'objets hétéroclites que j'ai pu mesurer sur le terrain et même à Paris dès mon retour de Taiwan.

A Yilan, par exemple, la hauteur du plafond de ma chambre tombait sur une mauvaise unité. Les sculpteurs s'empressèrent de m'affirmer qu'ils n'habiteraient jamais dans une telle demeure ! Selon WU Song-Bo, ce sont surtout les anciens qui prêtent attention à ce genre de détail, les jeunes ne connaissent peu ou pas le Lu Ban Chi et l'utilisation qui en est faite.

Pour l'anecdote, je me trouvais un jour dans un restaurant chinois à Levallois-Perret avec des amis. L'un d'entre eux, ethnologue, m'avait demandé d'apporter un Lu Ban Chi version " mètre ruban " pour voir la réaction du patron de l'établissement. Le patron venait de Chine Populaire et je précisais à mon ami que certains caractères inscrits sur le " mètre " étaient différents de ceux utilisés sur le continent et que cet état de fait pouvait rendre difficile la compréhension de l'outil. Il y a des jours où l'on devrait éviter de parler :

La première réaction du patron face au Lu Ban Chi fut de dire " Ha ! Ce sont de vieux caractères " puis " Ça ne veut rien dire ! ". Il laissa le Lu Ban Chi sur la table mais revint l'examiner de nouveau.

" Ha ! Les caractères rouges c'est bon et les noirs c'est mauvais... C'est de la superstition ! Tu sais l'utiliser ? "

Je profitais de la présence d'une statue dans le restaurant pour lui expliquer le fonctionnement. Par chance elle tombait sur une bonne mesure. Le patron, fort impressionné par ma démonstration, s'empara du Lu Ban Chi et commença à mesurer les chaises sur lesquelles nous étions assis. Bien que je lui précisai que je ne connaissais pas la manière de mesurer les chaises, il était fier de constater que les chaises " étaient bonnes " ! Je venais de jouer à l'apprenti sorcier et je fus très vite impuissant devant l'ampleur des dégâts qu'allait provoquer cette prise de contact entre le patron et Lu Ban Chi. Après les chaises, les tables ! Et le drame commença ! La hauteur des tables correspondait à une mauvaise mesure.

" Les chaises viennent de Taiwan, mais les tables, je les ai achetées à Paris ! Ils n'y connaissent rien ! Il faut les changer ! "

Tout y passa, le frigo, le plafond, etc. et malheureusement le bar qui, lui non plus, ne tombait pas sur un bon couple de caractères. L'épouse du restaurateur se mit en colère contre son mari qui avait construit lui-même le bar ! La scène de ménage terminée, nous sortîmes du restaurant le sourire crispé. Trois ou quatre jours plus tard, le restaurant fermait ses portes ! Je ne sais s'il existe une relation entre les faits cités ci-dessus et la fermeture de l'établissement, mais j'avoue ne plus emmener un Lu Ban Chi dans un restaurant chinois !

CONCLUSION

L'utilisation du Lu Ban Chi chez les statuaires d'Yilan pose un problème d'ordre  religieux. La difficulté repose ici sur le fait qu'à Taïwan, les frontières entre les différentes religions sont très floues, tout du moins du point de vue de ceux que nous avons pris la fâcheuse habitude de nommer les non-spécialistes. Mais qu'en est-il des représentants officiels du Bouddhisme et du Taoïsme? Pour eux, les frontières sont assurément plus nettes, plus précises ; mais alors, comment expliquer l'utilisation du Lu Ban Chi lors de la fabrication des divinités des deux panthéons ?

Un bonze qui venait un jour se rendre compte de l'avancement des travaux sur une commande de statues bouddhiques, me fit bien comprendre qu'il considérait les taoïstes comme étant trop matérialistes et superstitieux. Mais lorsque je lui posai une question à propos de l'utilisation du Lu Ban Chi, il fut d'abord surpris que j'en connaisse l'existence puis très gêné par ma question qu'il jugea impertinente. La discussion se limita à parler de la pluie et du beau temps. Le Lu Ban Chi serait-il un outil taoïque ?

Mon hypothèse est la suivante : plutôt que de qualifier le Lu Ban Chi d'instrument taoïque, je préférerais dire qu'il est un outil chinois et sinisant. Mon impression est que nous sommes face à une sorte de " moule chinois " par l'intermédiaire duquel les divinités de différents panthéons doivent passer pour obtenir le " label " chinois et leur efficacité.

Le cas des divinités taoïques entrant dans le panthéon bouddhique est des plus intéressants car nous nous apercevons que le système de mesure est un compromis entre les deux panthéons. Qui a décidé de ce compromis ? Les frontières entre les deux religions citées ci-dessus semblent plus perméables qu'elles ne le laissent paraître !

Nous pouvons aussi nous permettre cette question : les statuettes de " vœux et de sorts " ne font-elles pas partie de ce grand ensemble bien commode que nous nommons les religions populaires ? S'il en était ainsi, nous serions en présence d'un outil qui donnerait sens à ce qui nous déroute lorsque nous nous penchons sur la notion de religion en Chine, tout du moins à Taiwan. Le Lu Ban Chi, cet outil, ce " liant ", semble être un des agents qui structure et unifie ce qui, à première vue, paraît un ensemble d'éléments hétérogènes.

Poussons un peu plus loin notre raisonnement, et posons-nous la question suivante : qu'en est-il des statues du panthéon chrétien à Taïwan ? Ne subissent-elles pas la même sinisation par l'intermédiaire du Lu Ban Chi ? Je suis allé dans les églises chrétiennes d'Yilan, le Lu Ban Chi à la main, avec la ferme intention d'y mesurer le Christ, la Sainte Vierge, etc. Malheureusement, je n'ai trouvé que des églises protestantes qui se caractérisent par l'absence de représentation. La seule représentation tridimensionnelle qui pouvait m'intéresser était les énormes croix qu'il me fut impossible de mesurer de par leur situation spatiale. Dès mon prochain séjour à Taïwan, j'essaierai d'apporter un élément de réponse à cette hypothèse qui ne peut être confirmée ou infirmée qu'in situ : utilise-t-on le Lu Ban Chi pour les divinités des religions venues de l'Occident ?

L'étude des techniques, trop souvent considérée comme ennuyeuse, nous réserve, en réalité, bien des surprises lorsque nous lui portons quelque intérêt...

 

Suite (8 de 0)

Retour à la page des Chroniques

 

Des titres à consulter
chez amazon
.fr alapage.com amazon.ca
et Fnac.com

Dictionnaires et lexiques

Nouveau petit dictionnaire français-chinois
avec pinyin 
> amazon.fr  
Fnac.com

10000 mots usuels : Dictionnaire chinois-français
avec transcription phonétique chinoise en pinyin
> amazon.fr   Fnac.com

Dictionnaire chinois-français 
> amazon.fr  Fnac.com

Dictionnaire concis fr/ch ch/fr  
> amazon.fr alapage.com
Fnac.com
Dictionnaire kuaisu chinois-français
Accès multiples aux mots composés
快速检字法汉法多向检词词典
Kuàisù jiànzìfà hàn fǎ duō xiàng jiǎn cī cídiǎn

> amazon.fr  alapage.com  Fnac.com

Dictionnaire français chinois en images  
> alapage.com 
Fnac.com

Dictionnaire Ricci des caractères chinois
Édition en 6 tomes et une annexe
> amazon.fr  alapage.com  Fnac.com
Dictionnaire Ricci de caractères chinois,
coffret 2 volumes et un index
> amazon.fr  alapage.com 
Fnac.com

DICO pratique français-chinois
avec transcription pinyin
>  Fnac.com

L'imagerie français-chinois 
> amazon.fr  alapage.com  Fnac.com


Dictionnaire pratique français-chinois.... 
> amazon.fr 

Les Mots choisis français-chinois  
> alapage.com 
Fnac.com

Dictionnaire de la langue française avec explications bilingues
Larousse Compact français-chinois
> Fnac.com

Nouveau dictionnaire français chinois chinois français
> amazon.fr  Fnac.com

Dictionnaire kuaisu chinois, anglais, français
Chinese, English, French kuaisu dictionary
avec l'étymologie des caractères, Kuaisu jian zi fa
Roland Sanfaçon avec la collaboration de Chau Nguyen ... et al.
> amazon.fr  amazon.ca  alapage.com
> amazon.com  

Dictionnaire d'agriculture
chinois - français - anglais - sciences de l'animal 
> amazon.fr  amazon.ca

Vocabulaire de base
du chinois moderne (chinois-français) 
>  alapage.com

Lexique de termes économiques français - chinois
 - anglais / chinois - français - anglais 
>  alapage.com 
Fnac.com

Dictionnaire chinois - français
d'économie et politique rurale 
>  alapage.com

Terminologie mathématique en chinois moderne 
> amazon.fr  alapage.com

Dictionnaire de la civilisation chinoise
de Collectif 
> amazon.fr alapage.com Fnac.com

 

 


Première édition 19 mars 2006
Modifiée le 11 décembre 2015