Lien vers lechinois.com


 


Chroniques  lechinois.com

- 2 -

Alain Grandbois, lui-même, n'y prête pas beaucoup d'importance: «Ce sont des impressions à l'état brut que j'ai cherché à fixer sur le papier, des chocs incohérents d'images qui pleuvaient sur mes yeux, pendant que doucement la jonque glissait sous les étoiles.»

Dans son recueil de nouvelles Avant le chaos, Grandbois décrit métaphoriquement le livre d'Hankéou: c'est «une jonque chinoise sans moteur avec un équipage exclusivement chinois» à bord de laquelle il a fait le tour du monde. Non seulement l'aspect matériel et le destin du recueil, mais encore le contenu de chacun des sept poèmes et le mouvement de l'ensemble justifient l'allégorie de cette présentation.

Entre l'instant du départ: «n' étions-nous pas partis comme ces voiles pour des mers indéfinies », et celui de l'impossible arrivée, le poète s'interroge sur le sens de la vie: «Pourquoi creuser ces houles comme une tranchée de sang»,

Nous avons partagé nos ombres
Plus que nos lumières
Nous nous sommes montrés
Plus glorieux de nos blessures…

Il ressent fortement «cette faim de durer et cette soif de souffrir». Le caractère tragique du livre d'Hankéou est allégorique: le cyclone détruit le mouvement dès sa naissance, et notre voyage est un infini dérisoire et absurde, un mouvement immobile.




On voit bien que les mots-thèmes des poèmes d'Hankéou sont: solitude, nuit, mort, exil, blessure, abandon, épouvante...

Les poèmes de Grandbois ont apporté un ton nouveau et de nouvelles inflexions à la poésie québécoise. On dit que dans ses poèmes on ressent une «santé de parole», et il sait y utiliser un langage de libération. Jacques Brault considère que Les Îles de la nuit ont été dans l'histoire de la poésie québécoise une révélation comparable… à la révélation baudelairienne en France. Les vers d'Alain Grandbois se font écho bien sûr de ses traits de caractère, de ses solitudes, de ses souffrances; et les sentiments qui s'y expriment s'accordent à la situation et à l'atmosphère du Québec, et à la condition générale de vie des Québécois.

À ce début de siècle, comme dit Jacques Brault, "Nous nous persuadions volontiers que nous étions entrés dans l'existence comme on entre en agonie", "Le Québec ne semblait être qu'un vaste ennui", "l'âme québécoise ressemble à ces eaux noires qui sous leur peau lisse ont l'air de dormir, et peut-être qu'elles dorment réellement", "Au pays de Québec, rien ne change".

"Il faut imaginer cette existence frileuse d'un petit peuple encagé, confiné dans une histoire fausse et une géographie hostile" pour comprendre l'inquiétude, l'angoisse de ce jeune poète qui était pourtant "nanti d'un héritage confortable, gai, sportif, aimant et aimé".

Avant le Seconde Guerre Mondiale, on appelait Alain Grandbois, Rina Lasnier, Anne Hébert, Saint-Denys Garneau «les quatre aînés». On les qualifie poètes isolés parce qu'ils faisaient cavalier seul, et que leur création était marquée d'un profond sentiment d'isolement.

  D'Anne Hébert à Alain Grandbois, de Jean-Guy Pilon à Roland Giguère tout poème qui mérite d'être cité doit sa renommée à son audace de se faire écho à cette aliénation dont souffraient les Québécois.


 

La création de la maison d'édition Hexagone en 1953 a été un événement décisif dans l'évolution de la poésie canadienne-française. Grâce à ce hasard historique, la poésie a connu au Québec une prospérité sans précédent.

Dans les années 50 et 60, le thème le plus important et le plus spectaculaire de la poésie du Québec, c'est le pays. C'est ce qu'on appelle la "poésie du pays" ou la poésie de la "prise de parole". Jaques Brault écrit en 1965: "Le Québec n'existe pas. Il n'est encore qu'une passion, une maladie à guérir ou ‑ au mieux ‑ une promesse à tenir... Il n'est que rêvé, désiré, voulu à toute force et toute faiblesse ( … ). Le Québec ne se dit pas au présent, il n'est pas encore au monde parce qu'il n'est pas à lui-même; et s'il existe malgré tout, ce ne peut être que d'une existence séparée". La 'poésie du pays' se faisait l'écho de cette mentalité. À la première période, c'est une affirmation et une revendication de l'entité et de l'identité québécoise. Ce pays est vu comme un paysage particulier, comme une langue, comme une mémoire.

Cette poésie fait l'état de l'aliénation et de l'altération du Québec. Ce sont des chants des aliénés.

On voit bien que par l'inspiration et la revendication qui l'animent, la "poésie du pays" est une poésie engagée.

Cette poésie se distingue par les traits suivants:

(1) La 'poésie du pays' se faisait l'écho des problèmes sociaux qui préoccupaient le peuple québécois. Alain Bosquet dit: "Il en résulte que, pour la première fois, depuis la poésie française de la Résistance, nous sommes en face d'une poésie nationale de langue française";

(2) La "poésie du pays" était souvent dominée par des soucis politiques et idéologiques. Plusieurs poètes avaient la tendance socialiste. On voit bien par là que la "poésie du pays" était loin d'être un pur mouvement littéraire;

(3) La "poésie du pays" était une littérature de la place publique. Dans les années 60 les soirées et récitals de poèmes avaient lieu régulièrement. Certains poèmes (Speak white de Michèle Lalonde par exemple) étaient spécialement conçus pour être lus devant le public;

(4) La "poésie du pays" a réalisé d'importantes rénovations dans les formes de la langue et dans les expressions poétiques.

De toute évidence, il existe des liens étroits entre la "poésie du pays" et la Révolution Tranquille.

Les influences exercées par la "poésie du pays" sont capitales pour l'avenir du Québec. On peut dire que la nouvelle poésie et la nouvelle littérature en général ont forgé une nouvelle mentalité, un nouvel esprit des Québécois.

Parmi les figures de proue de la "poésie du pays", il faut citer d'abord Gaston Miron qui était non seulement le poète le plus influent, mais aussi en quelque sorte l'organisateur de la nouvelle poésie québécoise, Pour lui, la poésie est "une façon d'action". Les pièces les plus émouvantes de sa création sont celles qui expriment l'indignation, telles que Deux sangs, La vie agonique, Batèche dans l'Homme rapaillé. G. A. Vachon voit en Miron "l'âme québécoise".

Paul-Marie Lapointe est surtout connu par son célèbre poème Arbres publié en 1960. Dans la forme, le poème conserve encore certains traits du surréalisme. Sous sa plume, chaque arbre de cette terre flambe et la forêt forme des feux d'artifices multicolores éblouissants.

 

Suite

Retour à la page des Chroniques

 

Des titres à consulter
chez amazon
.fr alapage.com amazon.ca
et Fnac.com

Logiciels


 

Notre premier choix pour l'apprentissage du chinois!

Le Chinois Interactif

300,000 mots, contenus dans 8 CD-ROM, 8 CD et 8 manuels d’exercices
> amazon.fr

Chinois (CD Rom) Assimil 
> amazon.fr  alapage.com


Tell Me More Chinois 
amazon.fr  alapage.com  Fnac.com


Le chinois à la carte 
> alapage.com


Chinois Mandarin cédérom PC/Mac
EuroTalk interactive Collection Talk Now 
> amazon.fr  Fnac.com


Chinois pour les enfants
Plateforme : MACINTOSH, PC COMPATIBLES
Editeur : EUROTALK INTERACTIVE
Support : CD-ROM

> alapage.com

Pour plus de détails consultez notre rubrique:  Logiciels

 

 


Première édition 25 mars 2004
Modifiée le 30 septembre 2015